La nouvelle gare Montparnasse parie sur les rails du commerce
Temps de lecture estimée : 3 minutes

Débutés avant la pandémie, les travaux de la gare parisienne du Grand Ouest sont enfin achevés. Avec désormais un éventail varié de commerces, la SNCF vise ainsi une clientèle premium.

Article réalisé avec Nicolas Monier. 

Inaugurée en grande pompe ce vendredi 24 septembre par Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué au transport et Jean-Pierre Farandou, PDG de la SNCF, la nouvelle gare Montparnasse fait peau neuve. Cette rénovation aura nécessité quatre ans et demi de travaux pour un budget global de 150 millions d’euros. “L’objectif de cette réhabilitation était de rendre la gare plus lumineuse, mieux adaptée au flux des voyageurs et avec plus de services”, explique Marlène Dolveck, directrice générale de SNCF Gares & Connexions.

À LIRE AUSSI : Klépierre veut séduire les jeunes enseignes 

En effet, l’objectif de ce chantier était de gagner en luminosité via les 13 000 m2 de verrières installées et rénovées. Parmi les autres objectifs souhaités par la compagnie ferroviaire, la volonté d’augmenter le trafic en le faisant passer de 77 millions de voyageurs à 90 millions par an. “C’est en rénovant et en rendant les gares plus accessibles que l’on y parviendra. Cette nouvelle gare Montparnasse a été conçue pour absorber cette augmentation des flux”, précise Jean-Pierre Farandou. Gare typique des années 1970, la SNCF a tenu à restaurer entièrement les fresques du plasticien Victor Vasarely.

Marlène Dolveck (DG SNCF Gares & Connexions) et Jean-Pierre Farandou (PDG de la SNCF) lors de l’inauguration de la nouvelle gare Montparnasse.

La part belle aura été surtout faite à l‘implantation des commerces. 120 emplacements sont disponibles pour permettre à la gare de jouer à fond la carte de l’expérience client. Lieu de passage par excellence, ce sont 40 % d’activités de restauration qui seront proposées aux voyageurs. “L’offre commerciale disponible avant travaux n’était plus satisfaisante. La nouvelle offre répartie sur les cinq niveaux de la gare est une opportunité d’apporter une réponse sur tous les secteurs d’activité et de développer de nouveaux concepts”, explique Benjamin de Aranjo, directeur du commerce de flux chez Altarea. En effet, certaines enseignes ont profité de la rénovation pour implanter un premier point de vente au sein d’une gare. C’est le cas de The Kooples, l’enseigne danoise Normal, Miniso ou encore Saint James. “La qualité de la rénovation que propose Altarea a conduit ces enseignes à s’implanter ici”, poursuit Benjamin de Aranjo. La volonté de la SNCF a été également de proposer une offre commerciale la plus large possible. On y retrouve ainsi des marques accessibles comme Brioche Dorée et IT Trattoria mais aussi des enseignes plus premium à l’image de Pierre Hermé, Yann Couvreur ou encore Gontran Cherrier.

À LIRE AUSSI : Conséquence du Brexit, Marks & Spencer dans la tourmente en France

Sur l’alimentaire, la gare n’accueille pas de grande surface mais a pensé les différents espaces selon les flux voyageurs. Ainsi, un magasin Franprix et un point de vente Au bout du champ, dédié au circuit court, sont implantés sur les lieux de passage des voyageurs franciliens. Aussi, un espace Marks and Spencer, de 700 mètres carrés, a été déployé juste à côté du magasin la Fnac. Altarea possède la concession et la commercialisation de la gare Montparnasse pour les 30 ans à venir. “La redevance que nous devons verser à SNCF Gares et Connexions est indexée sur le chiffre d’affaires. Nous avons d’ores et déjà prévu, sur la durée du contrat, de verser a minima 340 millions d’euros”, affirme Ludovic Castillo, président du directoire d’Altarea Commerce.

Laisser un commentaire

Fermer le menu