Covid-19 : un chef d’entreprise sur deux redoute la faillite
Temps de lecture estimée : 2 minutes

L’inquiétude est bien palpable. La dernière enquête de la CPME révèle que plus d’un dirigeant sur deux craint la faillite de son entreprise. Ainsi, 60 % des gérants de PME ont constaté une baisse de leur CA de plus de 50 % sur le mois de mars.

L’arrêt brutal de l’activité économique française due au confinement inquiète à juste titre les dirigeants de PME. Dans sa dernière enquête, la CPME (confédération des petites et moyennes entreprises) vient de publier une photographie du moral des chefs d’entreprise. Plus d’un dirigeant sur deux (55 %) craint pour la faillite de son entreprise. Un sentiment inquiétant au regard de l’état de trésorerie disponible. Pour 36 % des gérants, cette dernière ne leur permettrait pas de couvrir plus d’un mois d’exploitation. D’autant que, comme le précise l’enquête de la confédération, les baisses de revenus sont significatives. “Pour 60 % des dirigeants, la baisse est supérieure à 50 % tandis que 41 % des chefs d’entreprise estiment la perte de CA comprise entre 50 et 70 %”, révèle la CPME.

A LIRE AUSSI : Coronavirus : chute des créations d’entreprises en mars

Il y a fort à parier que les mesures annoncées par le gouvernement Philippe sont surveillées comme le lait sur le feu. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, enjoint, lui, toutes les forces vives à contribuer à l’effort national et solidaire. Dans l’étude, on apprend ainsi que deux entreprises sur trois ont sollicité leur banquier. Sollicitation plutôt bien entendue puisque 80 % des dirigeants ont le sentiment d’avoir été soutenus par leur banquier. En revanche, et la chose ne surprendra guère, la CPME pointe du doigt l’attitude des assureurs à l’instar de la très puissante Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH). Si une entreprise sur quatre a sollicité son assureur, “76 % des dirigeants ont le sentiment de n’avoir pas été soutenus par ce dernier”, précise la CPME.

A LIRE AUSSI : Covid-19 : La France entre en récession

Les mauvaises nouvelles volent en escadrille. L’arrêt brutal de l’activité occasionne obligatoirement des retards de paiement. Selon l’enquête, deux entreprises sur trois subissent ces retards. Face à ces situations, les dirigeants optent pour des comportements différents : 48 %  règlent  leurs factures à la date prévue, 36 % demandent un report du paiement pour une partie d’entre elles.  Enfin, 16 % des chefs d’entreprise comptent ajourner les  règlements. Quant à la gestion du personnel, “19 % des entreprises toujours en activité ont placé l’ensemble de leurs salariés en télétravail”, précise l’enquête avant de conclure : “41 % des entreprises prévoient d’imposer à leurs salariés la prise de jours de congés payés.”

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu