“Pour recruter des vendeurs, il faut revaloriser le métier”
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Dans un contexte où le commerce n’attire plus, des solutions émergent pour former différemment et apporter de nouvelles missions aux vendeurs. C’est l’ADN du cursus pensé par l’organisme de formation Evocime, et Improveeze, spécialisé dans les stratégies phygitales et les objets connectés. Entretien avec Ludovic Chisloup, dirigeant d’Evocime.

Quelle est la genèse de cette formation ?

Le constat fut le suivant : le commerce physique fait face à une baisse de la fréquentation, notamment en centre-ville. Les métiers de la vente n’attirent plus. Et enfin, une étude récente pointe que les commerçants sont ouverts seulement sur 30 % du temps libre des actifs. Cela signifie que 70 % du temps, le commerçant est ouvert sans avoir de flux de clientèle. Notre réflexion, avec Maxence Disslaire, fondateur d’Improveeze, a été donc très simple : il faut mettre à profit ce temps pour que le commerçant mais surtout ses collaborateurs animent la présence digitale du point de vente (réseaux sociaux, animation site e-commerce, événements en ligne, live shopping, etc.) Notre offre de formation consiste à recruter mais aussi à former ces salariés pour qu’ils deviennent ce que l’on appelle de vrais conseillers vendeurs onmnicanal.

Comment fonctionne cette formation et à qui s’adresse-t-elle ?

Cette formation a été lancée en septembre 2021 et est destinée aux demandeurs d’emploi. Ce cursus fonctionne par des promotions d’environ 15 personnes qui suivront pendant 3 mois 400 heures de formation à distance, avec des périodes de stages chez leurs futurs employeurs. Nous avons ouvert la formation dans 8 villes et nous avons constamment des demandes.

À LIRE AUSSI : Aidez vos franchisés à embaucher sans tomber dans l’ingérence !

Quelles démarches doivent faire les franchiseurs et/ou franchisés intéressés ? Est-il possible de former des salariés déjà en poste ?

Le franchiseur ou le franchisé intéressé nous contacte directement. Mais il doit avoir des postes à pourvoir et la volonté de laisser une marge de manœuvre aux futurs salariés en matière d’animation de réseaux sociaux et autre animation digitale. Car on le sait, pour recruter des vendeurs, il faut revaloriser le métier en leur promettant d’autres missions et en lui redonnant une autre dimension. Cela passe par le digital. Le franchiseur ou le franchisé doit donc avoir envie de laisser la main. On le sait, dans les réseaux, certaines stratégies marketing et digitales sont mises en place au niveau national. Et d’autres sont dans la main du local. Nous travaillons depuis longtemps avec de grands réseaux nationaux (Kiloutou, Intermarché, Darty, E.Leclerc, etc.) sur la formation des collaborateurs en poste. Pour ce cursus mis en place avec Pôle emploi et les branches professionnelles, nous pouvons proposer certains modules aux enseignes qui souhaitent accompagner leurs collaborateurs sur des points précis.

Quel coût cela représente-t-il ?

Le cursus destiné aux demandeurs d’emploi ne coûte rien aux franchiseurs ni aux franchisés. Ce sont les municipalités et Pôle emploi qui financent la formation. Il faut juste que l’entreprise s’engage à recruter. Pour les formations destinées aux salariés en poste, cela peut rentrer dans les budgets de formation. Nous proposons aussi la création d’académies clé en main en marque blanche pour un réseau : recensement du besoin en conseillers vendeurs, sourcing des candidats, parcours de formation adapté, recherche de financements. Nous mettons également à disposition nos outils numériques pour les salariés franchisés. Nous avons aussi la capacité de mutualiser les demandes de plusieurs enseignes, sur un territoire donné, pour favoriser la formation et la création de ce nouveau métier.

À LIRE AUSSI : Le recrutement, la priorité des enseignes en 2022

Laisser un commentaire

Fermer le menu