Avec Market Pay, Carrefour se lance sur le marché des paiements
Temps de lecture estimée : 4 minutes

Émanation du groupe Carrefour, Market Pay a été lancé en 2016 dans le but de déployer au sein des marques du groupe une solution de paiement tout-en-un, tant physique que digital. Désormais, Market Pay s’adresse à l’ensemble des retailers qui souhaitent tester de nouveaux outils. Explication avec Frédéric Mazurier, président de Market Pay.

Qu’est-ce que Market Pay et combien de magasins sont aujourd’hui équipés de la solution ?

Market Pay est une plate-forme européenne de paiement, que nous avons développée d’abord pour le groupe Carrefour à partir de 2016. L’objectif était simple : fournir un moyen de paiement centralisé aux magasins donnant ainsi la possibilité aux commerçants d’accepter les paiements par carte, par mobile ou encore en sans contact. Market Pay opère aussi les moyens de paiement par l’intermédiaire des cartes fidélité, comme la carte Pass chez Carrefour, et permet aussi de proposer d’étaler les règlements grâce au crédit. Il s’agit d’une solution complète, puisque nous regroupons l’ensemble des compétences en une seule entité et nous nous occupons de traiter le paiement dans son intégralité : de l’acte d’achat au flux financier. Aujourd’hui, Market Pay est déployé dans 5 500 points de vente ainsi que sur une quinzaine de sites e-commerces, tous adossés aux groupe Carrefour. Cela représente 1,3 milliard de transactions en 2019.

À LIRE AUSSI : Coronavirus : “Les retailers vont devoir conserver et déployer de nouvelles habitudes”

Pourquoi avoir pris la décision d’élargir la commercialisation de la solution à des entreprises extérieures au groupe ?

Nous voulions dans un premier temps asseoir notre expérience, nos services, nos process ainsi que nos opérations auprès des différentes entités du groupe Carrefour. C’est désormais chose faite. Avant la crise du Covid-19, nous avions déjà en tête d’élargir notre spectre de clients. D’abord, parce que nous savons que le paiement est un élément central de l’expérience d’achat et qu’il devient incontournable, en tant qu’enseigne, de proposer plusieurs solutions, que ce soit la possibilité de régler grâce au sans contact ou via des facilités de financement. Notre ADN retail et notre expérience nous ont conforté dans l’idée que nous avions une offre de valeur à proposer au-delà de l’univers Carrefour. Par ailleurs, un certain nombre de nouveaux modes de paiement se développent avec des sujets importants liés à l’authentification. Un univers qui n’est pas évident à appréhender pour des commerçants ou des enseignes. Nous avions traité le sujet de manière omnicanale au sein du groupe et nous avons pris conscience que cela pouvaient intéresser d’autres acteurs. Enfin, le contexte lié au Covid-19 a accéléré les choses. Durant cette période, la croissance du paiement sans contact a été indéniable. Dès le début de la crise, nous avons fait le choix de relever le seuil du paiement sans contact de 50 à 100 euros au sein du groupe Carrefour pour les porteurs de la carte Pass. Pour ces clients, 30 % des règlements concernant des sommes situées entre 50 et 100 euros se font via le sans contact. Cela montre le développement de ces nouveaux usages et l’importance de proposer des solutions nouvelles.

À LIRE AUSSI : Commerçant : le paiement sans contact de plus en plus plébiscité

Quels sont les avantages de votre solution pour les retailers ?

L’un des premiers avantages est que nous avons une offre globale, dans laquelle on propose le terminal de paiement, tout l’environnement pour traiter les différents moyens de paiement ainsi que le traitement de l’ensemble des flux financiers. Pour le commerçant, nous sommes le seul et unique interlocuteur. C’est un vrai avantage et une simplification importante en matière de démarches. Ensuite, au sein du groupe Carrefour il y a toutes les tailles de magasins. Nous avons donc développé une organisation agile et sommes capables d’intégrer nos outils dans n’importe quel univers marchand. Enfin, notre autre atout est de considérer réellement l’acte de paiement comme un élément central de l’expérience d’achat. Notre ADN retail fait que nous avons un angle de vision différent des autres acteurs du marché. Tout simplement car nous connaissons les irritants des clients en magasin au moment de passer en caisse, nous maîtrisons également tout ce qui est fidélité et sommes capables d’intégrer cela dans nos offres en proposant ce que l’on appelle le paiement combiné avec une seule carte afin de simplifier le parcours d’achat. Évidemment, tout ce que nous proposons nous pouvons le dématérialiser. Nous avons créé, par exemple, l’application Carrefour Pay, qui permet de tout centraliser : les modes de paiement et les coupons de réduction. Le client n’a plus besoin de se demander si ces derniers sont disponibles et pris en compte en caisse.

Vous dites que l’acte de paiement est désormais un élément central du parcours client. Qu’est-ce qui a changé ?

Les modalités de paiement sont différentes aujourd’hui. Quand avant il  n’y avait que deux ou trois façons de payer (chèque, espèces et cartes à puce), désormais le client fait face à une grande variété de solution (paiement sans contact, mobile ou encore via des cartes de fidélité). L’enjeu est donc de simplifier le tout pour le client, en diminuant le nombre d’authentification et en proposant un mode de paiement unique. Le mobile se prête bien à cela.

À LIRE AUSSI : Carrefour porté par les achats “paniques” des consommateurs

À qui s’adresse votre solution en priorité ?

Les têtes de réseau ou les franchiseurs sont la porte d’entrée usuelle et habituelle pour avoir une démarche cohérente. Surtout que bien souvent les dispositifs d’animation client sont gérés par l’enseigne et non par les franchisés. Nous sommes en phase de démarrage de la commercialisation, mais nous sommes déjà en cours de déploiement auprès d’un réseau retail évoluant dans le prêt-à-porter. Le marché du paiement est en pleine transformation, ce qui laisse de la place pour de nouveaux acteurs. Nous sommes le seul retailer à s’être lancé sur le marché du paiement. Nous savons donc que nous avons une carte à jouer et sommes plutôt confiants pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Fermer le menu