Westfield s’essaie à la seconde main
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Depuis le 15 octobre, Westfield Forum des Halles, en partenariat avec la start-up The Second Life, se lance dans l’économie circulaire. L’occasion pour la marque de diversifier son parcours client.

L’expérience shopping se réinvente constamment. Dernier épisode en date, le lancement, le 15 octobre dernier, d’un concept de seconde main par Westfield Forum des Halles. En partenariat avec The Second Life, concept lancé par Arthur de Soultrait, fondateur de la marque Vicomte A., le centre commercial s’engouffre, à son tour, dans l’économie circulaire. Pour les clients, la possibilité de venir déposer leurs vêtements dans le corner dédié et de repartir instantanément avec un paiement sous forme de bon d’achat, valable dans tout le centre commercial. “Les consommateurs viennent, en général, avec 25 articles. Huit vêtements sont repris en moyenne et il faut compter 18 euros de reprise par passage”, explique Hugo Rey, directeur du centre de shopping Westfield Forum des Halles. Pour l’instant, ce corner sera testé jusqu’au 15 janvier. L’occasion pour le groupe de se rendre compte si la mayonnaise prend.

À LIRE AUSSI : Westfield joue la carte de l’entertainment 

Une fois collectés, les vêtements sont revendus par les partenaires de la start-up The Second Life, parmi lesquels Vestiaire Collective ou encore Monoprix. Cette expérimentation est la toute première en France. Si l’expérience est concluante, il y a fort à parier que les autres centres commerciaux du groupe adopteront rapidement ces corners dédiés. Depuis son installation, le corner a ainsi repris quelques 3 500 articles. “Grâce à notre argus, nous sommes capables d’identifier près de 1 800 marques pour pas moins de 700 000 références”, précise Arthur de Soultrait, fondateur de The Second Life. Concrètement, l’argus préétabli par la start-up permet de sortir immédiatement un prix de reprise pour le client qui décide ensuite d’accepter ou de refuser l’offre. Les consommateurs, dont les articles sont refusés, peuvent donner gracieusement leurs vêtements pour que ces derniers puissent, en fonction de leur état, soit être donnés à des associations, soit recyclés.

Chaque jour, le spécialiste de la livraison Mondial Relay vient récupérer les vêtements pour les dispatcher auprès des partenaires de The Second Life. La start-up espère évangéliser autour de son concept. Elle est entrée en négociation avec d’autres foncières pour installer d’autres corners d’ici 2022. “Attention, nous sommes uniquement des collecteurs. Notre modèle, c’est le BtoBtoC. Nous n’assurons pas la logistique, métier à part entière et nos partenaires assurent, de leur côté, la revente des articles auprès des particuliers”, poursuit Arthur de Soultrait. Avec cette solution clé́-en-main, les magasins indépendants ou appartenant à des réseaux peuvent également proposer un service de seconde main. Pour les clients, la possibilité aussi d’obtenir un bon d’achat immédiatement utilisable. Depuis son lancement, voilà trois mois, The Second Life a fédéré une centaine de de commerçants autour de son service.

À LIRE AUSSI : Au Vieux Campeur se met désormais à la seconde main

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu