VivaTech 2019 : 7 technos qui pourraient révolutionner le retail

VivaTech 2019 : 7 technos qui pourraient révolutionner le retail

Temps de lecture estimée : 3 minutes

Viva Technology, 4e édition, c’est jusqu’au 18 mai, Porte de Versailles. Découvrez 8 startups dont les innovations technologiques pourraient transformer le retail.

La quatrième édition de Viva Technology a débuté jeudi 16 mai et s’achèvera ce samedi 18 mai, porte de Versailles, à Paris. Durant cet événement dédié à l’innovation numérique, lancé en 2015 par les groupes Les Echos et Publicis, se croiseront cette année plus de 100 000 visiteurs, mais aussi 2 000 start-ups et des centaines de grands groupes, intéressés par la possibilités de tisser des liens et des collaborations.

Lors du premier jour de VivaTech, réservé aux professionnel (avant la journée grand public, samedi), nous avons pu aller à la rencontre de nombreuses start-ups, dont les innovations technologiques pourraient métamorphoser le visage du retail dans les années qui viennent. Suivez le guide.

Suivi des émotions

S’inspirant du e-commerce, les magasins physiques utilisent désormais l’IA et des technologies d’analyse faciale pour suivre les micro expressions de nos visages, détecter notre état émotionnel, et ainsi nous délivrer des offres de plus en plus personnalisées.

Sur le stand de Sodexo, la startup Realeyes présente une démonstration de « tracking facial » en temps réel grâce à un « émotion booth » – une webcam devant laquelle les visiteurs peuvent tester leurs mimiques, capable ensuite d’analyser les émotions exprimées (bonheur, surprise, tristesse, colère…), en %. Dans le domaine du retail, l’entreprise propose aux professionnels du marketing une version plus évoluée de cette technologie de suivi des expressions faciales. Elle est destinée à quantifier les émotions, et à mesurer (grâce à l’intelligence artificielle) « l’engagement émotionnel » du client – quand celui-ci visualise une vidéo publicitaire ou une image.

De son côté, Neotrope, sur le stand de Valeo, présente une solution de tracking physiologique et d’analyse des émotions, dans le cadre d’une expérience shopping : Affect-Tag. Développée avec le SCA-Lab, le CNRS et l’Inria, cette technologie consiste à faire porter au client volontaire un bracelet intelligent, muni de capteurs, qui mesurent le rythme cardiaque, les mouvements du corps, la température de la peau, et sa conductivité (les micro-variations de la sudation) – afin d’analyser en temps réel ses émotions lorsqu’il regarde un produit donné. « Une bonne façon pour une enseigne de tester de nouveaux concepts de magasins, de packaging de produits, ou encore une nouvelle gamme de parfum… Cela permet d’aller plus loin que les questionnaires fournis aux clients, qui reposent sur leur mémoire et leur subjectivité », explique Antoine Lempereur, développeur architecte pour Neotrope.

Reconnaissance d’images, étiquettes électroniques et capteurs de mouvements

À l’occasion de VivaTech, la startup française SES-imagotag a reproduit des étagères de magasin, permettant de faire la démonstration de ses étiquettes électroniques intelligentes. Celles-ci sont interactives – elles informent le client sur les notes consommateurs ou les propriétés du produit, et peuvent être scannées via un smartphone afin de de payer immédiatement lors du parcours en magasin plutôt qu’en caisse – même si l’intégralité des courses sont vérifiées à la sortie par un employé.

Un peu plus loin dans le salon, au stand dédié à la ville de Shanghai, la startup chinoise CloudPick présente un système de reconnaissance visuelle des produits, qui permet d’automatiser entièrement un magasin, à l’instar d’Amazon Go. L’entreprise, qui a notamment vendu sa solution de « smart retailing » au géant Alibaba pour ses magasins sans caissières, utilise des capteurs de poids, des caméras et la reconnaissance d’image afin de créer « une expérience fluide » pour les clients (paiement « en un clic » via son smartphone, pas de caisses). Pour les enseignes, une telle technologie permet d’avoir accès à des données détaillées sur le comportement d’achat des consommateurs.

Sur le stand de la RATP, Technis dévoile pour sa part un « tapis de comptage » intelligent. Muni de capteurs et d’un système d’IA, ce revêtement intelligent permet de suivre en temps réel les mouvements de chaque client. En analysant le temps durant lequel un consommateur passe devant certains endroits du magasin, il est ainsi possible de mesurer son « engagement », et de revoir si besoin l’agencement des produits. Le tapis de Technis permet aussi de compter les clients, ou encore de compter le nombre de personnes qui sont entrées dans les cabines d’essayage, afin d’agir en cas de problèmes d’affluence.

Le « scan corporel » en magasin

Lors de VivaTech, au stand LVMH, la startup américaine 3D Look a présenté une solution destinée à aider les clients des magasins de vêtements à choisir des produits à leur taille. L’entreprise spécialisée dans l’IA, la 3D et la reconnaissance d’images propose ainsi une technologie de « scan corporel ». Le principe est simple : muni d’un smartphone, le vendeur prend deux photos de son client (ou ce dernier se photographie lui-même via un miroir) – l’une de face, l’autre de profil -, puis l’application 3D Look génère un modèle 3D conforme aux mensurations et à la morphologie du consommateur, ce qui permet in fine d’apporter une recommandation de taille personnalisée.

IA conversationnelle

Toujours sur le stand de LVMH, le canadien Automat a présenté son IA destinée à accompagner le parcours client, de l’achat au service après-vente. L’enseigne peut communiquer directement avec ses clients via des conseillers de vente virtuels – des chatbots qui répondent notamment aux questions les plus fréquemment posées, afin de laisser des agents réels répondre le plus pertinemment possible aux requêtes clients davantage complexes.

Laisser un commentaire

Fermer le menu