Vapiano : “La présence de la marque en France n’est pas remise en cause”
Temps de lecture estimée : 3 minutes

Alors que la tête de réseau allemande a annoncé être en cessation de paiement jeudi 2 avril, cette information semble avoir peu d’impact sur les franchisés locaux et les master-franchisés étrangers. Le point avec Salvatore Perri, master-franchisé et président de Vapiano France.

Que change pour vous la mise en cessation de paiement de Vapiano en Allemagne ?

Avant toute chose, il faut bien préciser que Vapiano n’est pas en faillite mais que la tête de réseau allemande est en cessation de paiement. Un administrateur a été nommé pour trouver des solutions, notamment la vente d’actifs, mais cela ne veut pas dire que l’enseigne est en liquidation judiciaire. Et comme l’a bien précisé Vapiano Allemagne dans son communiqué, cette procédure ne concerne pas les franchisés allemands et les master-franchisés internationaux. C’est la société franchiseur allemande qui est en cessation de paiement mais uniquement la tête de réseau. Évidemment cela n’est pas une bonne chose que notre franchiseur soit en cessation de paiement, mais Vapiano France est une entreprise indépendante. D’un point de vue opérationnel, nous sommes totalement indépendants pour les fournisseurs, la logistique ou encore nos outils informatiques. Donc nous ne sommes pas directement concernés par cette procédure. Nous avons un contrat de master-franchise de très long terme donc il n’y a aucune remise en cause de la marque en France mais également dans les autres pays.

La tête de réseau n’est pas en liquidation. Mais si aucune solution n’est trouvée par les administrateurs, que se passera-t-il ?

Vapiano est un réseau qui s’étend sur une trentaine de pays avec des master-franchisés dont les entreprises sont saines, avec une belle marque et un concept qui fonctionne. Cela signifie qu’il y aura forcément quelqu’un qui reprendra la tête de réseau allemande et qui exploitera l’enseigne. J’ai très bon espoir que les actifs de Vapiano Allemagne soient repris dans les prochaines mois. L’Allemagne est un pays très efficace. La tête de réseau a annoncé sa mise en cessation de paiement jeudi 2 avril au matin, l’après-midi même un administrateur était nommé et était déjà dans les bureaux. Donc je n’ai pas d’inquiétude sur la suite des événements.

À LIRE AUSSI : Orchestra demande sa mise en redressement judiciaire 

Comment expliquer les difficultés rencontrées par la tête de réseau ?

Les problématiques de Vapiano Allemagne ne naissent pas du coronavirus, même si l’épidémie n’a rien arrangé. La structure financière de la tête de réseau était trop déséquilibrée et les actionnaires n’ont pas souhaité réinvestir.

Quelle est la situation de Vapiano en France ? Comment vous êtes-vous organisés durant la crise sanitaire ?

Tous nos restaurants sont évidemment fermés à cause du Covid-19. Nous bénéficions des mesures gouvernementales et tous nos employés sont au chômage partiel. Nous avons sécurisé des lignes de crédit de façon à être opérationnels dès que les autorités nous autoriserons à rouvrir. Nous utilisons au mieux tous les dispositifs qui sont mis à notre disposition et nous tentons de maintenir le lien au maximum avec nos équipes.

Pourquoi ne pas avoir conservé une activité en livraison ou à emporter ?

D’abord, la livraison n’est pas très importante pour Vapiano puisqu’elle représente moins de 10 % du chiffre d’affaires global (90 millions d’euros en 2019). Ensuite, 45 % de nos restaurants sont situés dans des centres commerciaux, qui sont tous fermés, rendant donc nos points de vente inaccessibles. Enfin, cela demandait une logistique très importante en effet tout est préparé sur place chez Vapiano. De ce fait nous avions besoin d’être livrés quotidiennement ce qui était, à l’heure actuelle, impossible.

Quels étaient vos objectifs initiaux pour l’année 2020 ? Ont-ils été revus à la baisse ?

Nous n’avons pas revu à la baisse nos objectifs mais forcément qu’il y aura des décalages du côté des ouvertures. Nous prévoyions, initialement, d’ouvrir 8 nouveaux restaurants cette année. À l’heure actuelle, six de nos futures ouvertures ont vu leurs travaux stoppés et nous pensons que nous pourrons, au final, inaugurer 7 nouveaux points de vente d’ici la fin d’année. Le huitième restaurant ouvrira début 2021.

À LIRE AUSSI : Covid-19 : André veut éviter la faillite 

Vous comptez 27 restaurants en France, auxquels s’ajoutent deux points de vente au Luxembourg et vous vous déployez uniquement en succursales. Est-ce que la franchise est une option que vous envisagez sur le long terme ?

Avant de se développer en franchise, il y a différentes étapes à franchir. Nous avons toujours pensé qu’il fallait d’abord bâtir une bonne notoriété nationale avant de réfléchir à un déploiement en franchise. Pour l’instant, la franchise, n’est pas un sujet. Cela le deviendra peut être sur le long terme, car nous évoluons et commençons à devenir une vraie enseigne nationale.

Quels emplacements privilégiez-vous dans votre développement ?

L’enseigne Vapiano est née en centre-ville et s’est développée en centre-commercial puis en périphérie. C’est donc un concept qui s’adapte assez bien à l’ensemble des typologies d’emplacements. Il nous faut simplement des zones de chalandise et de trafic assez denses. Nous ciblons clairement les grosses agglomérations françaises pour nous installer.

Laisser un commentaire

Fermer le menu