Un quart de la fréquentation en moins dans les centres commerciaux
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Générant, pour le CNCC, une confusion totale dans l’esprit de nos concitoyens, le contrôle du pass sanitaire est vécu comme une profonde injustice par la filière qui demande sa suppression.

Le pass sanitaire n’en finit pas de créer des remous au sein des centres commerciaux. Pour la dernière semaine du mois d’août, l’indice national du CNCC/Quantaflow fait apparaître une chute vertigineuse. Avec un quart de la fréquentation en moins dans l’ensemble des centres commerciaux. “Elle concerne non seulement les grands centres commerciaux métropolitains soumis au contrôle du pass sanitaire dans lesquels elle atteint 30 % à 40 % mais également tous les centres dans l’ensemble des territoires”, précise le Conseil national des centres commerciaux (CNCC). À l’occasion de la dernière université d’été du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, le patron des patrons, avait évoqué en filigrane les conséquences de l’instauration du pass sanitaire. “Si ce dernier n’est pas une dictature, comme je le disais hier, c’est en revanche une forte contrainte. Dans les centres commerciaux, on nous remonte des baisses de fréquentation comprises entre 20 et 40 %. On évoque des chutes de 50 % dans les salles de spectacle. J’en appelle aux préfets pour leur demander de ne pas trop faire de zèle”, expliquait alors le président du Medef.

À LIRE AUSSI : Fin du fonds de solidarité le 30 septembre prochain

Pour le CNCC, cet effondrement de la fréquentation peut s’expliquer par “la confusion totale dans l’esprit de nos concitoyens quant à l’application de cette mesure”. Entre les décisions des tribunaux administratifs suspendant les arrêtés préfectoraux et l’exclusion des clients ne pouvant (ou ne voulant pas) présenter de pass, le consommateur ne sait plus à quel saint se vouer. Par ailleurs, l’organisation professionnelle ne se prive pas pour tacler le gouvernement. On se souvient en effet que, dans une interview accordée le 23 août à nos confrères de la matinale de France 2, Bruno Le Maire avait révélé que les “paiements par cartes bancaires ont augmenté de 5 % la semaine du 9 au 15 août” dans les restaurants. Pour le CNCC, le gouvernement d’Emmanuel Macron omet de préciser qu’avec la crise sanitaire, de nombreux paiements qui s’effectuaient auparavant en liquide s’effectuent dorénavant de manière électronique sans contact, y compris pour des petites sommes. “Il ne peut donc invoquer ce seul critère pour annoncer une prétendue reprise de la consommation que les propriétaires et gestionnaires de centres commerciaux ne constatent pas sur le terrain, bien au contraire.”

Le CNCC demande donc une nouvelle fois à Emmanuel Macron de suspendre cette mesure de contrôle du pass sanitaire. L’organisation juge cette mesure inéquitable pour les familles, notamment celles qui sont soumises à des impératifs budgétaires et qui cherchent le meilleur prix. Qui plus est, comme le rappelle le conseil, tous les commerces ne sont pas soumis à cette contrainte. Enfin, le CNCC juge cette réglementation superflue au regard du protocole sanitaire d’ores et déjà mis en place (jauge d’un client pour 8 m2, port du masque obligatoire, etc) dans les centres commerciaux.

À LIRE AUSSI : Medef, Geoffroy Roux de Bézieux : “Le pass sanitaire n’est pas une dictature !”

Laisser un commentaire

Fermer le menu