Un nouvel actionnaire pour Picard

Un nouvel actionnaire pour Picard

Temps de lecture estimée : 2 minutes

La famille Zouari, partenaire historique de Casino, souhaite racheter 43 % du capital de Picard détenu par le groupe allemand Aryzta. Pour l’enseigne, cette acquisition marquerait le retour d’un groupe familial dans son capital.

Picard change une nouvelle fois d’actionnaire. L’enseigne spécialisée dans la distribution de produits surgelés a confirmé l’information dans un communiqué publié vendredi 4 octobre. Ainsi, Aryzta a reçu une offre ferme de la part de la famille Zouari en vue de racheter 43 % de la participation du groupe allemand pour un montant de 156 millions d’euros. Aryzta, spécialiste de la boulangerie industrielle, confronté à des difficultés financières, avait émis, depuis quelques mois, le souhait de se séparer de plusieurs actifs. Arrivé en 2015 au capital de Picard en 2015, Aryzta a indiqué conserver 4,5 % de sa participation. “Lion Capital restera actionnaire majoritaire”, précise Picard.

Partenaire de Casino

À travers cette prise de participation, réalisée avec le concours d’Intermediate Capital Group (ICG), la famille Zouari  affirme vouloir poursuivre sa stratégie de diversification et d’investissement patrimonial de long terme, “tout en restant fermement ancré dans son cœur de métier : le commerce premium”, insiste-t-elle. En effet, la famille Zouari est présente dans la grande distribution et le commerce de proximité, notamment alimentaire à travers les enseignes Franprix, Monop’, Monoprix mais aussi Leader Price. “Le groupe Zouari exploite environ 400 magasins sous enseignes du Groupe Casino, son partenaire historique et stratégique de long terme. Le groupe compte aujourd’hui près de 6 000 salariés, ses magasins sont répartis sur tout le territoire, avec une présence particulièrement marquée à Paris”, déclare la famille Zouari dans un communiqué.

À LIRE AUSSI : Rallye, l’actionnaire majoritaire de Casino, placé en procédure de sauvegarde

Marque emblématique

Avec ce projet d’acquisition, qui doit obtenir l’aval de l’Autorité de la concurrence ainsi que des instances représentatives des personnels du Groupe Picard Surgelés, la famille Zouari souhaite “confirmer sa place de référent sur le marché du commerce premium en France et se positionner sur un segment de marché porteur”. Picard Surgelés compte en effet aujourd’hui 1 100 magasins, 11 millions de clients et dépasse le milliard d’euros de chiffre d’affaires chaque année. “Picard est une marque emblématique aux yeux des Français, une société pérenne, leader sur son marché, dans laquelle nous retrouvons des valeurs qui nous sont chères tels que l’engagement et la fidélité d’une équipe soudée tournée vers la réussite et l’excellence”, affirme Moez-Alexandre Zouari, PDG et fondateur du groupe Zouari.

À LIRE AUSSI : Jean-Paul Mochet, nouveau président de Monoprix

Entreprise familiale

Pour Picard, l’arrivée de la famille Zouari marque le retour d’un groupe familial dans son capital, comme cela était le cas depuis sa création et jusqu’en 2009. À cette date, Xavier Decelle, fils d’Armand Decelle qui avait racheté l’entreprise au début des années 1970, développé la vente par correspondance puis ouvert les premiers magasins Picard, avait été évincé de la direction par l’actionnaire principal de l’époque, BC Partners. Une première dans l’histoire du réseau depuis son rachat 35 ans plus tôt. Aujourd’hui, la famille Zouari affirme partager avec Picard les mêmes valeurs et la même culture : “un ADN familial, une présence nationale, une croissance soutenue ainsi qu’une démarche d’innovation ambitieuse tournée vers le consommateur”. “Par cette opération, nous souhaitons mettre notre expérience et notre savoir-faire au service de la construction du Picard de demain : une entreprise robuste et innovante, à la pointe du marché du commerce premium”, ajoute Moez-Alexandre Zouari. De son côté, Picard semble satisfait de ce changement d’actionnaire et indique que la famille Zouari “pourrait apporter au développement de [l’enseigne] toute son expérience”.

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu