Rallye, maison-mère de Casino, conclut des financements structurés auprès des banques

Rallye, maison-mère de Casino, conclut des financements structurés auprès des banques

Temps de lecture estimée : 2 minutes

En procédure de sauvegarde depuis le printemps, Rallye, la maison-mère de Casino, a dévoilé vendredi 12 juillet un état des lieux de ses financements structurés passés auprès des banques. Si son PDG, Jean-Charles Naouri, est contraint de nantir (ou de garantir) une partie du capital de son groupe , il en conserve le contrôle. Explications.

En mai dernier, Rallye et sa maison-mère, la Foncière Euris, annonçait son placement en procédure de sauvegarde, assommée par une dette de 2,9 milliards d’euros. Le 12 juillet, le groupe a fait le point sur ses financements structurés (regroupement d’actifs) passés auprès des banques. Ainsi, Rallye, actionnaire principal du Groupe Casino, a conclu avec plusieurs banques des financements structurés sous la forme de ventes à terme (prepaid forward) et d’opérations d’échange sur action (equity swap), “bénéficiant de nantissements (garanties) portant sur des actions Casino pour un montant total (net de cash-collateral) de 231 millions d’euros”, annonce l’entreprise dans un communiqué. Au total, “les nantissements susvisés portent sur 9,5 millions d’actions Casino, soit 8,7 % du capital”, précise Rallye.

À LIRE AUSSI : Le Groupe Casino cède 40 magasins

Casino rassure

Si les établissements financiers concernés résilient leurs contrats et réalisent les nantissements afférents, ces derniers porteraient la participation de Rallye dans Casino à 43,6 % du capital et 53,2 % des droits de vote. Une action qui “serait sans effet sur le contrôle de Casino par Rallye”, assure la maison-mère de Casino dans un communiqué précisant que pour l’instant “aucun établissements financiers concernés n’a réalisé les nantissements susvisés et [qu’]aucune procédure judiciaire n’est en cours”. Dans la foulée de cette annonce, le Groupe Casino a publié un communiqué, confirmant que ces opérations n’ont aucun impact sur le contrôle exercé par Rallye et ses holdings sur Casino. Par ailleurs, l’enseigne s’est voulue rassurante et rappelle que “la perte du contrôle de Casino par Rallye n’aurait aucun impact juridique sur la dette de Casino et ne constituerait pas un cas de défaut, que ce soit au titre de la documentation de financement bancaire ou de la documentation de financement obligataire de Casino”. Outre Rallye, la procédure de sauvegarde concerne aussi l’ensemble de la cascade de holdings du groupe de Jean-Charles Naouri, à savoir les sociétés Foncière Euris, Finatis et Euris, ainsi que ses filiales Cobivia et HMB.

Laisser un commentaire

Fermer le menu