Produits bio : les ventes augmentent de 20 % en grandes surfaces

Produits bio : les ventes augmentent de 20 % en grandes surfaces

Temps de lecture estimée : 2 minutes

Une nouvelle étude Nielsen dresse le bilan du marché bio et s’interroge sur les évolutions à venir. Pour l’institut, si la progression est là, les références bio peinent à concurrencer les références conventionnelles.

Les ventes de produits bio ne connaissent pas la crise. C’est le constat de la nouvelle étude Nielsen, publiée mercredi 4 septembre. Selon les résultats, les enseignes de grande distribution arrivent de plus en plus à tirer leur épingle du jeu. En effet, les ventes de produits bio commercialisés en grandes surfaces continuent à croître de plus de 20 % cette année et représente un marché de 5 milliards d’euros. “Le bio bénéficie du soutien massif des enseignes et des marques : la progression du chiffre d’affaires s’appuie sur le développement du nombre de références. Chaque année, le consommateur se voit proposer 25 % de produits bio en plus en magasin”, détaille l’étude.

Cible aisée

Si, à l’heure actuelle, la part de marché (en valeur) du bio s’élève à 4,8 % des produits de grande consommation vendus en hypers et supermarchés, Nielsen estime que le potentiel de ce segment peut atteindre 11 % à l’avenir. Par ailleurs, les analystes affirment également que deux achats de produits bio sur 3 restent concentrés sur 20 % des Français, plutôt seniors et aisés, cadres et parisiens qui consacrent 12 % de leurs dépenses à ce type de produits. “Les trois quarts de la croissance du bio se sont faits auprès de ces mêmes gros acheteurs cette année”, insiste l’étude. Toutefois, Nielsen explique également que depuis l’année dernière, les familles avec de jeunes enfants deviennent de gros consommateurs du bio, voyant dans ces produits une garantie de préserver la santé de leurs enfants. “Les catégories de produits destinées aux jeunes enfants sont dès lors un créneau prometteur pour les produits bio”, insiste l’institut d’études.

À LIRE AUSSI : Produits bio : 500 millions d’euros de ventes en plus sur un an

Les hypermarchés saturés

Nielsen souligne également que tous les circuits de distribution ne sont pas logés à la même enseigne. En effet, les hypermarchés semblent être arrivés à saturation en matière de références bio. A contrario, les supermarchés seraient le modèle à cibler, “notamment les points de vente exposés à des magasins bio sur leur zone…car le gisement de clients est là”, insistent les experts. Concernant les performances, les meilleurs produits restent ceux qui ont le moins d’ingrédients, comme le lait, les infusions ou l’huile. Par ailleurs, comparées aux références standards, les références bio restent encore loin du compte en matière de diffusion avec une volumétrie et des rotations plus faibles. “D’où un risque de déférencement plus fort et un espace occupé en linéaire au détriment d’autres produits qui se vendent mieux”, explique l’étude. “Il reste de la place pour des lancements bio, à condition d’investir les catégories les plus légitimes, avoir des ambitions de vente raisonnables dans un portefeuille produits qui doit laisser de la place à d’autres gammes”, conclut Amélie De Sousa, consultant senior chez Nielsen.

Laisser un commentaire

Fermer le menu