Les grandes surfaces alimentaires voient leur chiffre d’affaires progresser

Les grandes surfaces alimentaires voient leur chiffre d’affaires progresser

Temps de lecture estimée : 2 minutes

Selon l’Insee, le chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires a légèrement progressé en novembre. Si le rebond se constate sur les mois de septembre, octobre et novembre 2019, il reste négatif sur un an.

Après une quasi-stabilité en octobre, le chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires se redresse et progresse de +0,7 %, selon les dernières données de l’Insee publiées fin décembre. L’activité rebondit légèrement dans les produits alimentaires (+0,3 % après une baisse de 0,4 %) et accélère particulièrement dans les produits non alimentaires (+1,2 % après une hausse de 0,2 %). La vente de produits de carburants croît au même rythme qu’en octobre, soit une hausse de 0,5 %.

Stabilité sur les trois derniers mois

De septembre à novembre 2019, le chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires s’est donc stabilisé par rapport aux trois mois précédents. “Les ventes sont quasi stables dans les produits alimentaires (+0,1 %) et baissent légèrement dans les produits non alimentaires (-0,2 %). Les ventes de carburants sont, quant à elles, en hausse de 1,8 %”, constate l’Insee. Entre les supermarchés et les hypermarchés, la différence d’activité est toutefois notable puisque les premiers voient croître leur chiffre d’affaires de 0,5 % tandis que les seconds accusent une baisse de 0,4 %.

À LIRE AUSSIAlimentaire : les marques de distributeurs prennent de l’ampleur

Baisse d’activité sur un an

Si les résultats semblent plutôt positifs sur les trois derniers mois, le chiffre d’affaires des grandes surfaces alimentaires est en revanche à la baisse sur un an. En effet, par rapport à la même période un an plus tôt, l’activité a chuté de 1 %. Sur cette période, les ventes se replient dans toutes les catégories de produits, qu’ils soient alimentaires (- 0,7 %), non alimentaires (-1,8 %) ou de carburants (2,3 %). Là encore, les supermarchés s’en sortent mieux avec un chiffre d’affaires stable, tandis que les hypermarchés voient leur activité chuter de 1,9 %.

À LIRE AUSSI : Grèves : un chiffre d’affaires en baisse de 30 % pour les commerçants parisiens

Quid de l’impact des grèves ?

Ces résultats ne prennent toutefois pas en compte l’impact des grèves actuelles sur l’activité des grandes surfaces. En effet, depuis le 5 décembre, les mouvements sociaux entamés contre la réforme des retraites a un réel impact sur les commerçants. Si cela est davantage le cas pour les magasins de centre-ville, les centres commerciaux ne sont pour autant pas épargnés. Comme le précise le Conseil national des centres commerciaux (CNCC), le visitorat en centre commercial a enregistré une baisse de 4 % depuis le 5 décembre, par rapport à la même période l’année dernière. À savoir qu’en novembre 2018, l’activité avait d’ores et déjà dévissée du fait du mouvement des Gilets Jaunes. En effet, selon les chiffres du cabinet Nielsen, les ventes en grandes surfaces chutaient de 35 % et de 18 % lors des deux derniers week-ends de novembre, date à laquelle le mouvement avait débuté.

Laisser un commentaire

Fermer le menu