Leboncoin et Accor s’engagent sur une relance du tourisme
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Alors que le secteur touristique est en difficulté, les groupes Accor et Leboncoin viennent de nouer un partenariat visant à dynamiser ce dernier. La plate-forme d’annonces en ligne proposera un système de réservation à destination du parc hôtelier Accor.

Afin de relancer la filière touristique, Accor et Leboncoin ont décidé de s’associer, au moins temporairement, jusqu’à la fin de l’année 2020. Ainsi, l’ensemble des hôtels du groupe Accor, exception faite du segment haut de gamme, pourront bénéficier une commission de 0 % sur l’ensemble des réservations passées depuis Leboncoin. Les enseignes F1, Famille Ibis (Ibis, Ibis Styles, Ibis Budget), Mercure, Novotel, Tribe, Greet et Mama Shelter disposeront d’un nouveau canal de distribution non négligeable. Leboncoin affiche, en effet, 28 millions de visiteurs uniques par mois au compteur. En 2018, quelque 4,7 millions de Français sont partis en vacances grâce à la plate-forme franco-française.

A LIRE AUSSI : Tourisme : le gouvernement annonce un plan de sauvetage de 18 milliards d’euros

“En proposant une mise en relation directe avec l’hôtelier, Leboncoin construit une alternative de distribution vertueuse au bénéfice de tous : un tarif attractif pour le voyageur et une rentabilité préservée pour l’hôtelier”, explique Leboncoin. Via ce partenariat, la plate-forme de petites annonces en ligne renforce sa présence sur le secteur du tourisme. En janvier dernier, Leboncoin avait ainsi racheté start-up Pilgo, plate-forme d’affiliation pour les hôtels en direct. Accor avait été le premier client de cette dernière qui développe leboncoin Hôtel.

On se souvient qu’à la mi-mai dernier le gouvernement d’Emmanuel Macron avait annoncé un plan de sauvetage de 18 milliards d’euros pour mettre sous perfusion le secteur touristique lourdement impacté par la crise du Covid-19. Mesures de chômage partiel, Prêts garantis par l’État (PGE), exonérations sociales et patronales ou encore reports d’impôts, l’État avait alors mis la main au portefeuille pour alléger une filière en souffrance.

A LIRE AUSSI : Tourisme : vers une reprise le 2 juin ?

Laisser un commentaire

Fermer le menu