Le gouvernement desserre l’étau sur les centres commerciaux
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Ce sont au total 18 départements qui verront, mercredi prochain, l’obligation du pass sanitaire levée dans les centres commerciaux concernés.

La grogne concernant le pass sanitaire obligatoire en fonction du taux d’incidence dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m2 semble avoir été entendue par le gouvernement. Ce dernier vient en effet de desserrer l’étau qui étranglait ces lieux dont l’indice national du CNCC/Quantaflow, pour la dernière semaine du mois d’août, a fait apparaître une chute vertigineuse : entre 30 % à 40 %. Au total, ce sont donc 78 centres commerciaux dans 27 départements différents qui ont été contraints d’appliquer le contrôle du pass sanitaire.

Mais devant la baisse du taux d’incidence constatée sur l’ensemble du territoire, “le gouvernement décide de lever, à compter de mercredi 8 septembre, l’obligation d’application du pass sanitaire dans les centres commerciaux pour les départements connaissant un taux d’incidence inférieur à 200 / 100 000 et en décroissance continue depuis au moins sept jours.” Sont donc concernés les départements suivants : Isère, Loire, Haute-Savoie, Bas-Rhin, Paris, Yvelines, Essonne, Val-de-Marne, Val d’Oise, Hauts-de-Seine, Seine-et-Marne, Charente-Maritime, Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées et Pyrénées-Orientales.

À LIRE AUSSI : Un quart de la fréquentation en moins dans les centres commerciaux

Dans un communiqué, Bercy note que ce même principe sera ensuite appliqué aux autres départements, “dès lors que durant sept jours consécutifs le taux d’incidence sera inférieur à 200 / 100 000 et en décroissance.” On se souvient que seul un arrêté préfectoral peut mettre fin à l’application du pass sanitaire dans les centres commerciaux des départements concernés. Une victoire pour le Conseil national des centres commerciaux (CNCC) qui a demandé à de multiples reprises au gouvernement de suspendre cette mesure de contrôle. L’organisation professionnelle justifiait cet effondrement de la fréquentation par “la confusion totale dans l’esprit de nos concitoyens quant à l’application de cette mesure”. Entre les décisions des tribunaux administratifs suspendant les arrêtés préfectoraux et l’exclusion des clients ne pouvant (ou ne voulant pas) présenter de pass, le consommateur ne savait plus à quel saint se vouer.

À LIRE AUSSI : Fin du fonds de solidarité le 30 septembre prochain

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu