Inditex, la maison-mère de Zara, prévoit de fermer au moins 1 000 magasins d’ici 2021
Temps de lecture estimée : 3 minutes

Affecté par la crise du Covid-19, Inditex, maison-mère de Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti ou encore Bershka, vient de publier ses résultats du premier trimestre 2020. Sans surprise, le groupe a perdu plus de 400 millions d’euros sur les trois premiers mois de l’année et prévoit de fermer 1 000 points de vente d’ici 2021.

Avec près de 7 500 points de vente à travers le monde, le groupe Inditex pèse lourd dans le secteur du textile. Avec ses marques phares comme Zara, Pull&Bear, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Oysho, Zara Home ou encore Uterqüe, le groupe espagnol est présent sur plus de 200 marchés à travers le monde. Autant dire que la crise du Covid-19 a eu un impact plus qu’important sur l’ensemble du groupe. Fin mars, 965 magasins étaient ouverts dans 27 pays. Au total, plus de 6 000 boutiques avaient baissé le rideau, entraînant sur les trois premiers mois de l’année une perte nette de 409 millions d’euros. Sur ce premier trimestre, le chiffre d’affaires a baissé de près de 45 % par rapport à la même période l’année dernière, dévissant ainsi à 3,3 milliards d’euros (contre 5,9 milliards en 2019). Toutefois, comme ce fut le cas pour de nombreux réseaux, le chiffre d’affaires sur Internet a augmenté de 50 % sur les trois premiers mois de l’année. Et le second trimestre continue sur cette tendance puisque le e-commerce a rencontré une hausse de 95 % sur le mois d’avril.

À LIRE AUSSI : Inditex utilisera du coton 100 % biologique ou recyclé à l’horizon 2025

Décisions stratégiques

Dans ce contexte, Inditex prend des décisions stratégiques. L’entreprise espagnole entent accentuer encore plus la place du e-commerce puisque le groupe s’attend à ce que les ventes en ligne représentent 25 % des ventes globales d’ici 2022. Parallèlement, le groupe entend fermer, d’ici 2021, 1 000 à 1 200 points de vente. Seront concernés des unités affichant d’anciens concepts et devenus trop petits par rapport à la stratégie d’Inditex. “Le plan prévoit la fermeture de 500 à 600 magasins par an. Ce plan se focalise sur des points de vente arrivés à la fin de leur exploitation, notamment pour les jeunes concepts dont les ventes peuvent être compensées par des magasins à proximité ou en ligne”, détaille le groupe dans sa présentation. Toutes les marques du groupe seront concernées par ces fermetures. Ainsi, au moins 250 magasins Zara et 140 boutiques Pull&Bear devraient notamment baisser définitivement le rideau. Côté localités géographiques, 250 fermetures sont prévues en Espagne, 340 dans le reste de l’Europe et environ 400 sur tous les autres marchés où Inditex exploite des magasins. Autant de fermetures qui devraient être compensées par l’arrivée de nouvelles unités puisque le groupe souhaite ouvrir 150 nouvelles boutiques par an entre 2020 et 2022 sur des emplacements davantage stratégiques. “Nous souhaitons un réseau de magasins mieux situés et plus cohérent avec le commerce en ligne. À terme, cette stratégie devrait nous permettre de générer une croissance annuelle des ventes de 4 % à 6 %. Ces initiatives devraient se traduire par des niveaux de rentabilité plus élevés”, estime le groupe.

À LIRE AUSSI : 48 % des enseignes estiment que la crise du Covid-19 provoquera de nombreuses fermetures de magasins

Reprise progressive

Si le premier trimestre 2020 a été fortement impacté par la crise sanitaire du coronavirus, Inditex explique que les ventes reprennent progressivement dans ses magasins.  À la date du 8 juin 2020, 5 643 boutiques, soit 78 % du parc, avaient rouvert leurs portes. Le groupe espère qu’un maximum de marchés clés pourront être opérationnels d’ici la fin du mois de juin. “Nous suivons les événements de près et nous restons confiants dans notre stratégie à long terme”, assure Inditex.

Laisser un commentaire

Fermer le menu