Groupon accompagne les enseignes dans leur quête de visibilité
Temps de lecture estimée : 4 minutes

L’entreprise américaine spécialisée dans les ventes événementielles permet aux restaurateurs et autres commerçants de gagner en visibilité grâce à des offres promotionnelles vendues sur Internet. Pour les enseignes, Groupon apparaît comme un nouvel outil digital à ne pas négliger, notamment dans cette période de relance. Explications.

Lancé il y a 10 ans,  Groupon a bâti sa notoriété sur les achats groupés. L’idée à l’époque était simple : plus il y avait de personnes intéressées par un produit ou un service, moins elles payaient cher pour en bénéficier. “Désormais, le concept d’achats groupés a disparu et on parle plutôt de ventes événementielles. Le but est de mettre en relation les consommateurs et les commerces physiques, insiste Paul Choppin de Janvry, directeur de la communication corporate et business development de Groupon. Pour cela nous proposons des offres uniques soit par le prix soit par un service différenciant.” Concrètement, pour 1 euro, un consommateur peut par exemple bénéficier d’une réduction de 50 % sur son addition dans un restaurant. “C’est une offre que nous avons déployée avec le réseau Flunch. Pour d’autres enseignes, comme Eat Sushi, nous proposons une réduction sur les menus. Tout dépend de ce que souhaite le réseau”, détaille Paul Choppin de Janvry.

À LIRE AUSSI : Columbus Café & Co. : “Les consommateurs recherchent de nouvelles expériences client”

Action locale

Fort d’une base de 16 millions de contacts en France, Groupon assure accumuler 10 à 11 millions de visiteurs uniques tous les mois. “Ce sont les chiffres d’avant Covid-19. Mais cela nous place dans le top 15 des sites e-commerce. Au niveau mondial 45 millions de personnes ont acheté sur Groupon ces trois derniers mois”, assure Paul Choppin de Janvry. L’avantage des solutions vantées par l’entreprise ? Sa capacité à s’adapter à la demande de chaque enseigne. Collaborant avec des réseaux d’envergure tels que Pizza Hut, Courtepaille, McDonald’s ou encore O’Tacos, Groupon peut aussi bien proposer des offres au niveau national qu’au niveau local. “Tout dépend de leur stratégie. L’approche peut être différente en fonction des enseignes. Un réseau 100 % intégré ne va pas avoir les mêmes attentes et les mêmes objectifs que les enseignes qui se développent en franchise, insiste Paul Choppin de Janvry. Quoiqu’il en soit, nous travaillons aussi bien avec des franchisés, en local, qu’avec les enseignes au niveau national.”

Diversifier les supports

Pour les réseaux, utiliser des solutions comme Groupon peut s’insérer dans une stratégie de communication globale. “C’est fréquent que les enseignes communiquent une offre sur notre site Internet pour venir supporter une campagne plus importante (relais TV, radio, etc.) Nous sommes en quelque sorte une caisse résonance pour les réseaux. Pour chacune des opérations, on réfléchit aux chiffres que l’on peut atteindre. Tout dépend du réseau. Mais avec Flunch, on peut vendre jusqu’à 100 000 coupons de réduction lors d’une opération de plusieurs semaines. Avec une enseigne comme Memphis, cela peut atteindre 50 à 100 coupons par établissement”, détaille Paul Choppin de Janvry. L’entreprise américaine a pour volonté d’accompagner au mieux ses clients sur la durée. Grâce aux données récoltées, les enseignes sont en mesure de décrypter comment l’offre fonctionne sur une zone ou un établissement donné. “Elles peuvent également savoir d’où viennent les acheteurs et dans quel point de vente  ils vont utiliser leurs coupons. Si l’on voit qu’une offre fonctionne très bien sur un restaurant, le client peut alors la stopper. A contrario, si sur un autre établissement, elle peine à démarrer, on peut davantage activer notre base pour qu’elle parvienne à trouver son public. Notre force est d’être véritablement flexible et local”, insiste Paul Choppin de Janvry.

À LIRE AUSSI : Avec Market Pay, Carrefour se lance sur le marché des paiements

Pour tous les secteurs ?

Si le cœur de métier de Groupon est de proposer des coupons de réduction pour les enseignes de la restauration, tous les secteurs d’activité se prêtent à ce moyen de communication. “Nous travaillons par exemple avec des enseignes de coiffure comme Addict ou des réseaux d’entretien automobile comme American Car Wash, souligne Paul Choppin de Janvry. L’avantage reste que les offres ne sont jamais permanentes et que les enseignes peuvent utiliser Groupon quand cela leur semble pertinent.” Côté coût, pas de frais d’entrée à prévoir pour déployer une offre sur plusieurs semaines. “Nous fonctionnons de manière classique. L’enseigne paye sur les ventes effectuées sur notre site. Selon les offres déployées, il s’agit classiquement d’une commission”, explique Paul Choppin de Janvry. Quid si le coupon reste dans la poche du client et n’est jamais utilisé en point de vente ? “Notre but est que la rencontre entre le client et le commerçant/restaurateur se fasse. Pour une offre donnée, nous savons combien de coupons ont été vendus et nous pouvons regarder combien ont été utilisés. Pour que le client se rende dans l’établissement, nous effectuons des relances et prolongeons parfois le délai d’utilisation par exemple.” Fort de son expérience, Groupon ne se ferme pas la porte à de nouveaux services et compte se diversifier, notamment en se lançant dans le recrutement de nouveaux franchisés pour le compte des enseignes. “Nous réfléchissons comment aider les réseaux à trouver de nouveaux profils d’entrepreneur. Il est tout à fait envisageable que sur notre site, nous postons un appel à candidature pour les enseignes qui le souhaitent. Au lieu d’acheter un coupon, le visiteur pourra directement contacter le réseau. Pour l’instant, rien n’est acté, mais c’est une vraie piste de développement pour Groupon”, conclut Paul Choppin de Janvry.

Laisser un commentaire

Fermer le menu