Décathlon veut supprimer les caisses
Temps de lecture estimée : 3 minutes

Afin de diminuer par deux le temps d’encaissement, Décathlon propose déjà un système de bacs lecteurs RFID pour payer soi-même sans scanner les produits. Mais l’enseigne sportive veut aller encore plus loin. Elle teste un nouveau type d’encaissement, mobile, réalisé auprès des employés, n’importe où dans le magasin.

 

Afin de rendre le paiement en magasin aussi souple que possible, Décathlon a mis en place, en 2014, un système d’encaissement basé sur la RFID (radio fréquence identification), une technologie de communication utilisée par exemple dans les cartes bancaires sans contact. Ainsi, 99,8 % des articles de l’enseigne sportive sont munis d’étiquettes connectées. Il suffit pour l’acheteur de déposer ses articles dans un bac lecteur pour voir immédiatement affiché, sur un écran, son contenu et le montant total à payer.

 

Zapper le scan des produits

En “zappant” ainsi l’étape du scan du code-barres des produits, l’enseigne sportive indique avoir diminué par deux le temps d’encaissement. “Payer en déposant les articles un par un dans un bac reste la principale façon d’encaisser dans nos magasins. La transaction est réduite uniquement à un paiement ce qui permet de diminuer par deux l’opération. Les collaborateurs peuvent engager un dialogue différent avec les clients. Il n’y a pas de valeur ajoutée dans l’encaissement, mais dans la relation”, précise Nicolas Voglimacci, leader IT en charge des sujets POS et paiement, dans LSA.

En outre, la RFID permet aussi une gestion des stocks en temps réel, qui facilite l’achat en ligne avec retrait en magasin dans la foulée (click and collect). Ainsi, Décathlon mise aussi sur cette technologie pour permettre à ses clients de pré-payer sur Internet, de “prendre les articles voulus et de finaliser la transaction chez eux, ou de mettre en place un débit automatique s’ils ne retournent pas les produits au bout d’un certain temps”.

“Pour Décathlon, l’innovation doit être au service du client. Simplifier l’acte d’achat pour les passionnés de sport, mais aussi rendre toujours plus techniques les équipes en magasin, tel est le quotidien de Decathlon”, résume l’enseigne dans un communiqué. Et d’ajouter que “pour satisfaire le client, la disponibilité de  nos produits doit être la plus grande possible. L’utilisation de la RFID nous permet ainsi d’ajuster avec  encore plus de précision notre stock aux besoins de nos clients”.

 

Payer en direct du rayon

Mais Décathlon veut aller plus loin et supprimer à terme les caisses traditionnelles, situées en sortie de magasin. Ainsi, depuis 6 mois, le groupe teste dans plusieurs boutiques (notamment à Emeryville, son premier point de vente ouvert en Californie, à Vélizy-Villacoublay (78) et à Lyon Confluence (69)), un système de scanners mobiles qui permet aux vendeurs d’encaisser “en mobilité” et de façon “connectée”. 

Les paiements sont réalisés auprès des employés, un peu partout dans le magasin. Ces derniers sont munis de lecteurs RFID portables, et le client paie par carte bancaire ou avec son smartphone, en présentant son panier. En cas de ruptures de stock, le consommateur peut voir s’afficher en temps réel, sur des écrans disposés dans les rayons, la disponibilité prochaine du produit concerné. En “pleine phase de déploiement”, l’application utilisée dans le cadre de ce système, CubeINStore, devrait à terme “supplanter toute les solutions existantes et permettre une efficience opérationnelle en mobilité de l’ensemble des coéquipiers”, remarque l’enseigne.

À noter que le projet de Décathlon n’est pas de créer des magasins entièrement automatisés, mais de “maintenir le lien avec le client” tout en supprimant la phase de paiement. L’enseigne envisage toutefois une ouverture de ses points de vente en “mode autonome”, le soir entre 20 h et minuit.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu