Darty va déployer une trentaine de “shop in shop” dans des hypermarchés Carrefour

Darty va déployer une trentaine de “shop in shop” dans des hypermarchés Carrefour

Temps de lecture estimée : 2 minutes

Face à ses concurrents Casino, Franprix, Auchan et Cora, qui installent des espaces dédiés à des enseignes spécialisées dans leurs points de vente, Carrefour accueillera une trentaine de “shop in shop” Darty dans ses hypermarchés. Objectif : proposer de nouveaux services et produits à sa clientèle.

Après Cora avec Day by Day, Franprix avec Hema, Casino avec Cdiscount, ou encore Auchan avec Boulanger, et Auchan avec Électro Dépôt et Cultura, c’est au tour de Carrefour d’accueillir dans ses hypermarchés des “corners” Fnac Darty. Les deux groupes viennent en effet d’annoncer être en “discussions avancées, en vue d’un déploiement” d’une trentaine de “shop in shop”, sous l’enseigne Darty, en 2020 et 2021.

Pendant un an, entre novembre 2018 et novembre 2019, deux points de vente pilotes ont été testés dans les hypermarchés Carrefour de la Ville-du-Bois (91) et de Limoges (87). Ces corners proposaient des produits de gros et de petit électroménager, de téléphonie, ainsi que des téléviseurs. “Ils ont confirmé la faisabilité opérationnelle et la pertinence d’une mise en œuvre à plus grande échelle, créatrice de valeur pour les clients des deux enseignes, ainsi que pour leurs collaborateurs et leurs fournisseurs”, indiquent les deux groupes dans un communiqué.

Proposer de nouveaux produits et services à la clientèle

Avant de déployer ces “shop in shop”, Fnac Darty et Carrefour devront obtenir le feu vert de l’Autorité de la concurrence. Pour cela, ils devront mettre un terme, d’ici à fin 2019, à un partenariat passé en 2018 qui visait à mutualiser leurs achats sur les produits électroménagers et électroniques grand public en France. À la place, ils en noueront un nouveau, qui s’apparentera à de la franchise, le personnel des “shop in shop” Darty étant salarié par Carrefour. Sur le plan juridique il s’agira d’un “contrat d’exploitation exclusive”“Concrètement, il s’agit d’un accord en vertu duquel un détaillant loue une partie de l’espace de vente pour qu’une autre société l’utilise pour exploiter un autre magasin indépendant”, précisent-ils.

Les “shop in shop” de Fnac Darty, assure le groupe, seront “de vrais magasins”, qui s’étendront sur 1 000 m2, avec “toute son offre de produits” et de services. Les hypermarchés Carrefour concernés sont encore inconnus, mais ils répondront à une exigence : ne pas cannibaliser les points de vente Darty existants.

Ce n’est pas la première fois que d’autres marques se déploient dans les hypermarchés de Carrefour : en novembre dernier, un magasin du groupe a ainsi accueilli un “shop in shop” Aubert, et depuis juin, Tediber est présente dans trois points de vente du distributeur. De son côté, Fnac Darty n’en est pas non plus à son premier essai, puisqu’il exploite également des corners WeFix et Nature & Découvertes.

Pour Carrefour, l’objectif est de proposer de nouveaux produits et services à sa clientèle, afin de redynamiser ses propres points de vente, mais aussi d’en retirer un chiffre d’affaires supplémentaire. Il s’agit ainsi pour la grande enseigne de relancer les ventes non alimentaires dans ses grandes surfaces, sans se séparer de son personnel, ni céder complètement les clés du rayon, comme elle l’aurait fait avec une concession.

Laisser un commentaire

Fermer le menu