Covid-19 : La consommation des ménages en constante mutation
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Contexte exceptionnel oblige, l’Insee vient de publier un nouveau point de conjoncture sur la situation française. La consommation des ménages aurait baissé de près de 35 %. De son côté, le baromètre Foxintelligence poursuit sa photographie détaillée des comportements de nos concitoyens en matière de e-commerce.

Face à une crise sanitaire sans précèdent, et alors que la France est entrée depuis quelques jours officiellement en récession, l’Insee vient de publier un nouveau point sur la situation économique hexagonale. Force est de constater que la consommation des ménages a chuté brutalement de près de 35 %. “En diminution de 38 %, la consommation en produits manufacturés contribue pour 17 points à cette baisse d’ensemble”, note l’institut. Les secteurs liés au textile, à l’habillement, au carburant et à l’automobile sont actuellement durement impactés. D’autres, au contraire, se maintiennent comme les dépenses d’énergie voire augmentent tels les achats de produits agroalimentaires. “La consommation de services principalement marchands serait en baisse de 33 %, soit une contribution de 15 points à la baisse estimée de la consommation des ménages”, poursuit l’Insee. Si l’hébergement, la restauration ou le transport accusent nettement le coup, les télécommunications, les services financiers et ceux liés à l’assurance sont pour le moment peu affectés.

A LIRE AUSSI : Covid-19 : une consommation française bouleversée

Stabilité sur l’e-commerce alimentaire

De son côté, le baromètre sur l’e-commerce réalisé par Foxintelligence poursuit sa photographie hebdomadaire des modes de consommation français à l’heure du coronavirus. “Le e-commerce alimentaire reste stable en cette troisième semaine de confinement, 50 % au-dessus de son niveau antérieur”, note Foxintelligence. Et la start-up de poursuivre : “Amazon Prime Now perd des parts de marché pour la première fois (38 % contre 41 % la semaine précédente) depuis le début du confinement, avec Auchan qui se rétablit (10 % contre seulement 2 % le 29 mars dernier).” A noter que ce sont désormais les baby-boomers [personne née entre 1946 et 1960] qui se sont mis massivement aux courses alimentaires en ligne. En effet, 68 % d’entre eux font pour la première fois leurs courses en ligne pendant le confinement. Sur ces 68 %, E.Leclerc (34 % de parts de marché), Super U (16 % de PdM) et Intermarché (18 % de PdM) sont les grands gagnants.

Progression sur la livraison des repas à domicile

Face à une situation extrêmement tendue, les délais de livraison continuent d’augmenter significativement chez tous les acteurs. “Plus de 40 % des articles commandés sont désormais livrés en plus de 10 jours”, précise l’enquête. Sur le drive, les délais de livraison commencent à se raccourcir. Mais le fossé est encore très marqué entre les enseignes E.Leclerc, Auchan et Chronodrive (entre 1 et 2,5 jours) et les marques Super U, Carrefour et E.Leclerc (entre 4 et 4,5 jours). A noter que la livraison de repas à domicile dépasse le niveau de la première semaine de confinement mais reste en repli de 42 % vs la semaine du 2 mars. “Les commandes du soir (72 %) ont désormais le vent en poupe avec la généralisation du travail à domicile”, remarque Foxintelligence.

A LIRE AUSSI : Covid-19 : La France entre en récession

 

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu