Consommation : depuis le déconfinement, 30 % des Français vont faire  leurs courses plus souvent
Temps de lecture estimée : 3 minutes

Après un mois de déconfinement, un premier bilan peut être fait concernant les habitudes des Français. ShopAdvizor, application d’avis consommateurs sur les produits de grande consommation, vient de publier une étude montrant que les clients conservent les réflexes adoptés pendant le confinement.

La crise sanitaire du Covid-19 aura eu un impact considérable sur les habitudes des consommateurs. Depuis le début du confinement, plusieurs études ont démontré l’attrait des Français pour les produits locaux et les commerçants de proximité. L’Agence Bio a même dévoilé que les références issues de l’agriculture biologique ont conquis 8 % de nouveaux acheteurs pendant le confinement. Un mois après le déconfinement, de nouvelles enquêtes s’intéressent à la pérennité de ces nouveaux usages adoptés par les consommateurs. Car une question persiste : ces nouvelles habitudes se confirmeront-elles sur la durée ? S’il est trop tôt pour répondre par l’affirmative, certaines tendances se dessinent. ShopAdvizor, application d’avis consommateurs axée sur les produits de grande consommation, a réalisé une enquête auprès de 1 500 personnes dévoilant que les Français seraient encore prudents concernant leurs dépenses. Ainsi, 7 consommateurs sur 10 affirment ne pas avoir réalisé de changement brusque dans leurs frais d’achat par rapport au confinement. 18 % d’entre eux prévoient même de réduire leurs dépenses à l’avenir alors que seuls 8 % envisagent de dépenser plus.

À LIRE AUSSI : Covid-19 : la consommation des ménages en constante mutation

Pénurie de produits

Concernant l’accessibilité aux produits de grande consommation, un peu moins de la moitié des consommateurs (44 %) déclarent ne pas trouver les produits spécifiques qu’ils souhaitent acheter et 18 % indiquent ne pas réussir à trouver les marques qu’ils souhaitent. Des chiffres qui sont les mêmes que pendant la période de confinement, montrant ainsi que les acteurs de la grande distribution vont devoir continuer à s’adapter sur la durée.

“Il est encore trop tôt pour parler d’un retour à la normale. La crise sanitaire et le confinement ont eu un impact profond sur les Français et leurs habitudes de consommation. La grande distribution a dû rapidement s’adapter à cette situation extraordinaire. Avec le déconfinement, le secteur fait face à des pics de demandes inédits. Il doit donc repenser la gestion de la logistique dans son ensemble afin d’être en phase avec les attentes actuelles et prochaines des consommateurs”, décrypte Rémy Gerin, président de ShopAdvizor France.

À LIRE AUSSI : Consommation : “Après le confinement, les marques devront repenser leur offre produit”

Des paniers en baisse

Depuis le déconfinement, les Français ont par ailleurs repris l’habitude d’aller plus souvent faire leurs courses. Ainsi, 30 % des répondants affirment aller faire plus souvent en magasin pour faire leurs courses (contre 13 % en avril). Une tendance qui est particulièrement vraie chez les retraités, souvent considérés comme des personnes à risque pendant le confinement. 23 % d’entre eux expliquent ainsi se rendre plus souvent en grande surface spécialisée alors qu’ils n’étaient que 2 % à conserver ce rythme de visite pendant le confinement. “37 % des familles réalisent plus fréquemment leurs courses (contre 16 % en avril) et 25 % des personnes seules ont également pris cette habitude (contre 12 % en avril)”, insiste ShopAdvizer. Si les consommateurs se rendent plus souvent en grande surface, leurs paniers moyens diminuent. Seulement 35 % des familles déclarent ainsi faire des courses plus volumineuses alors qu’elles étaient 70 % à avoir adopté ce réflexe pendant la période de confinement. Le contenu des caddies a également évolué et se veut plus axé vers les produits frais. 75 % des sondés plébiscitent en effet les fruits et légumes tandis que 69 % se tournent vers les produits laitiers (yaourt, crèmerie, fromages). Les Français délaissent, en revanche, de plus en plus les produits de stockage, comme les conserves et les surgelés, les jugeant moins essentiels.

“Consommer moins mais mieux, tel est le virage que semblent prendre les Français. Le tout est de voir si cette demande pour davantage de produits frais et sains va se confirmer dans les prochains mois alors que les logiques de restrictions budgétaires prendront certainement plus d’importance dans les arbitrages des consommateurs”, affirme Diego Chorny, CEO du groupe ShopAdvizor.

Laisser un commentaire

Fermer le menu