Bio C’Bon placé en redressement judiciaire
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Le tribunal de commerce de Paris a acté le placement en redressement judiciaire du groupe Bio C’Bon. Une décision qui s’inscrit dans le processus de cession de l’enseigne. Plusieurs acteurs sont d’ailleurs intéressés par la reprise, dont la famille Zouari, actionnaire de Picard.

En difficultés depuis quelques mois, l’enseigne Bio C’Bon a été placée en redressement judiciaire, après avoir entamé il y a quelques semaines un processus de cession. Cette décision “s’est imposée comme la meilleure solution pour permettre aux différents acteurs qui avaient manifesté un intérêt pour notre enseigne de remettre une offre de reprise formelle qui assurera la pérennité et le développement du groupe”, précise Bio C’Bon dans un communiqué.

 À LIRE AUSSI : La Famille Zouari devient l’actionnaire de référence de Picard

Marques d’intérêt

Actionnaire de Picard depuis fin 2019, la famille Zouari était entrée, fin juin, en négociations exclusives avec Bio C’Bon dans l’optique de reprendre l’enseigne. Fin août, la donne avait changé face à une situation financière dégradée et Bio C’Bon avait choisi d’accélérer le processus de cession afin de permettre aux différents acteurs intéressés de se positionner. En effet, outre la famille Zouari, plusieurs grands groupes français ont manifesté des marques d’intérêt pour reprendre l’enseigne, dont Carrefour, Casino, Biocoop ou La Vie Claire selon nos confrères de LSA. “Nous sommes positifs en ce qui concerne l’avenir de Bio C’Bon car les multiples marques d’intérêt qui se sont manifestées semblent rassurantes. Nous sommes confiants dans le fait que l’option retenue sera celle qui permettra d’assurer le plus durablement les emplois”, précise Thierry Chouraqui, président de l’enseigne.

À LIRE AUSSI : Confinement : 8 % de nouveaux acheteurs séduits par les produits bio

Accroissement de la concurrence

“Nous avons traversé plusieurs périodes critiques”, insiste le réseau. Les difficultés de Bio C’Bon ont été en effet accentuées par les mouvements sociaux de la fin d’année 2019 et la crise sanitaire du coronavirus. L’accroissement de la concurrence de la grande distribution a également fortement impacté les résultats de l’enseigne. “À cela s’ajoute le départ des citadins durant l’été (en particulier avec la désertion des Parisiens après le confinement), alors que nos magasins sont implantés en centre-ville”, précise Bio C’Bon. L’enseigne possède 158 magasins en propre et est présent également dans plusieurs pays étrangers dont l’Italie, l’Espagne, la Suisse, la Belgique et le Japon.

Laisser un commentaire

Fermer le menu