Au second trimestre, le PIB s’effondre de 13,8 %
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Selon l’Insee, le produit intérieur brut (PIB) continue de chuter. Au deuxième trimestre, ce dernier s’est effondré de 13,8 %. Les dépenses de consommation des ménages chutent, quant à elles, de 11 %.

L’impact de la crise du Covid-19 sur l’économie française est sans appel. Après une chute de 5,9 % au premier trimestre, le PIB continue de s’effondrer. Selon l’Insee, le produit intérieur brut a en effet dégringolé de 13,8 % sur le second trimestre 2020. “Il est ainsi 19 % plus bas qu’au deuxième trimestre 2019. L’évolution négative du PIB au premier semestre 2020 est liée à l’arrêt des activités ‘non essentielles’ dans le contexte du confinement mis en place mi-mars et début mai”, constate l’Insee. Malgré la levée progressive des restrictions début mai, l’activité reprend graduellement mais l’économie continue d’être impactée.

À LIRE AUSSI : Une lente reprise de l’activité chez les PME

Moins de consommation

Logiquement, la consommation des ménages a fortement chuté au premier semestre. Après une baisse de 5,8 % sur les trois premiers mois de l’année 2020, c’est une chute de 11 % qui a été constatée au second trimestre. Un retrait négatif qui se matérialise davantage du côté des services (- 15,3 % après une première baisse de -5,8 % au 1er trimestre). Du côté des biens, la chute est plus mesurée atteignant -7,1 au second trimestre (vs -6,8 %) “S’agissant des biens, la consommation de biens fabriqués baisse nettement (-12 % après -16 %) et les dépenses en énergie baissent également (-11 % après -3,7 %) en raison notamment de la forte baisse des achats de carburant liée au confinement”, analyse l’Insee.

À LIRE AUSSI : Commerce spécialisé : une réouverture dynamique mais une activité toujours en baisse

Alimentaire

Les dépenses alimentaires, quant à elles, ne se replient que légèrement (-0,5 % après +2,8 %). Toutefois, les dépenses de services de transports reculent fortement avec une chute de -45,8 % (après 13,1 % sur les trois premiers mois de l’année). Une tendance similaire est constatée par le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Au second trimestre, l’activité s’effondre de 52,9 % après une première chute de 16,5 % au premier trimestre. Autant dire que la fin d’année sera scrutée avec attention par les différents acteurs économiques qui espèrent tous une récession moins violente que prévue.

Laisser un commentaire

Fermer le menu