Un mois de juin 2022 décevant pour le commerce spécialisé
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Dans un contexte de hausse des prix, de difficulté d’approvisionnement et de crise énergétique, les derniers chiffres de la fédération Procos inquiètent sur la santé générale du commerce en France et sur les prochains mois cruciaux de la fin d’année 2022.

Nouveau sujet de préoccupation pour le commerce spécialisé avec un mois de juin 2022 en repli de -5,9 % par rapport à la même période l’année dernière. On le voit, les enseignes peinent toujours à retrouver les niveaux de 2019. C’est du moins ce que révèlent les derniers chiffres de Procos pour la période. Les enseignes de l’habillement sont les premières impactées avec un mois en baisse de -12,4 % par rapport à 2021, malgré des soldes qui ont commencé une semaine avant par rapport à 2021”, poursuit la fédération professionnelle. Même constat avec le secteur de la chaussure qui limite la casse avec une baisse réduite de -1 % en magasin par rapport à 2021.

“Notons que l’activité du secteur beauté-santé, très impactée durant la Covid, retrouve des couleurs ce mois-ci avec une hausse de +3,5 % en magasins”, poursuit la fédération du commerce spécialisé. Dans son baromètre, Procos révèle également que si les ventes web étaient en baisse tous les mois précédents par rapport à 2021, elles ont augmenté en juin dans les secteurs chaussure, alimentaire spécialisé, maison, beauté-santé. “Une augmentation de 6,8 % en moyenne pour l’ensemble du commerce spécialisé”, remarque la fédération.

À LIRE AUSSI : La baisse de la demande, principale inquiétude des enseignes

Même constat baissier sur la fréquentation en magasins qui poursuit son érosion. Comme le souligne Procos, la fréquentation des magasins a chuté de -16,6 % par rapport à juin 2019.  Dans ce contexte tendu et face aux inquiétudes du secteur, la fédération rappelle la nécessité urgente de l’annonce d’un Plan commerce avec la récente nomination récente d’Olivia Grégoire au poste de Ministre déléguée chargée des PME, du commerce, de l’artisanat et du tourisme. Et la fédération professionnelle de rappeler ses inquiétudes quant aux récentes décisions de la Cour de cassation qui imposent désormais aux enseignes de payer les loyers Covid alors que les magasins étaient fermés administrativement. Procos interpelle également le gouvernement sur la nécessité d’agir au plus vite sur le plafonnement de l’indexation des loyers “pour limiter les impacts inflationnistes.” Comme autre dossier urgent, la mise en place de mesures d’accompagnement “pour dynamiser et aider les lieux de commerce et les magasins à réduire leurs consommations d’énergie, (isolation de bâtiment, équipement technique…), produire de l’énergie (photovoltaïque) et mettre en œuvre les obligations réglementaires (bornes de rechargement…).”

À LIRE AUSSI : La Cour de cassation donne raison aux bailleurs

Laisser un commentaire

Fermer le menu