La FCA interpelle sur la nécessité d’honorer les paiements auprès des fournisseurs
Temps de lecture estimée : 2 minutes

En cette période d’incertitude pour l’ensemble des acteurs de la chaîne de distribution et alors que la survie de nombreuses entreprises est en question, la FCA assure que ses adhérents, représentant 30 % du commerce de détail en France, sont mobilisés pour honorer le paiement auprès de leurs fournisseurs.

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, les retards de paiement ont été multipliés par 5, selon la Fédération du commerce coopératif et associée (FCA). Dans ce contexte, “la FCA et ses adhérents ont bien conscience que ce sont les PME qui sont les premières victimes de cette situation sans précédent. Il en va de l’implication de tous de ne pas casser cette chaîne de flux financiers qui permettra à chacun de mieux affronter les prochaines semaines qui s’annoncent très compliquées pour le monde des affaires”, détaille la Fédération, dans un communiqué.

À LIRE AUSSI : Super U : “Avant le confinement, nous étions sur un trend de + 150 % de volume d’achats”

Une reprise d’ici 6 à 8 semaines

Et d’ajouter qu’il est important dès à présent, “de prévoir une forte reprise de l’activité d’ici six à huit semaines et de ne pas l’aborder avec des encours fournisseurs limités en raison de reports de paiements accumulés”. Une prise de position qui a trouve un écho chez les adhérents de la FCA. Par exemple, “chez les opticiens Atol, quelques fournisseurs ont accepté des décalages en fonction de leurs possibilités et nous avons décidé d’accompagner les plus petits, sans report aucun pour préserver leur intégrité. Ce sont ainsi plus de 95 % des règlements qui sont partis sans décalage”, explique la coopérative dans un communiqué. De son coté, la coopérative spécialisée dans la photo, Camara, “incite fortement ses adhérents, fermés depuis le 14 mars, à jouer pleinement le jeu de l’intérêt collectif et individuel : protéger les salariés et assurer les paiements aux fournisseurs, qui ne peuvent pas être les banquiers de la crise. Nous estimons fondamental de ne pas être ralentis par des encours limités lors de la reprise de l’activité”.

Marie Roques

Rédactrice en chef

Laisser un commentaire

Fermer le menu