King Jouet fait un pas vers le commerce conversationnel
Temps de lecture estimée : 2 minutes

L’enseigne de jouets cherche à accélérer la digitalisation de son expérience client. En partenariat avec Partoo, elle veut combiner proximité locale et nouveaux modes de consommation.

Depuis le mois d’octobre, King Jouet teste, avec une vingtaine de magasins volontaires, une nouvelle fonctionnalité disponible sur les fiches Google sur mobile. La possibilité pour le consommateur de discuter avec le magasin le plus proche de chez lui. Pour cela, l’enseigne de jouets a noué un partenariat avec Partoo, spécialiste du marketing local à destination des réseaux de points de vente.

Pour le moment, nos vendeurs n’ont pas encore la possibilité de répondre aux demandes des clients via leurs smartphones en boutique. C’est l’objet d’un développement qui devrait être opérationnel avant Noël 2022. D’ici, là, dans chaque boutique, à tour de rôle, les vendeurs se relaient deux fois par jour pour répondre via notre canal de communication interne”, explique Sandrine Landon, responsable CRM/communication digitale chez King Jouet. Le client lui, via la fonctionnalité Google, baptisée “discuter”, peut ainsi interroger le magasin ciblé par SMS  et obtenir les informations nécessaires pour préparer son futur acte d’achat.

À LIRE AUSSI : Avec CircularX, Recommerce pousse les enseignes vers la seconde main

Si les guidelines de Google imposent une réponse dans les 24h, conscients que les délais de prise de contact peuvent faire toute la différence, les dirigeants de King Jouet ont demandé à Partoo de créer des messages types que le vendeur pourra compléter sans que cela soit trop chronophage. Enfin, une fois que les demandes seront toutes centralisées sur les smartphones du personnel en boutique, l’enseigne gagnera également en rapidité et efficacité. “Dans 65 % des cas, le commerce conversationnel est un outil d’aide à la vente. On retrouve également beaucoup de questions à destination des services de SAV. Le plus étonnant, ce sont ces demandes RH qui arrivent dans les magasins pour savoir si ces derniers embauchent”, poursuit Sandrine Landon.

Pour King Jouet, il s’agit avant tout d’être à l’écoute des usages de demain. “On subit de plein fouet ces nouvelles technologies. C’est le client qui choisit. Et dans tous les cas, quoiqu’il arrive, l’enseigne doit nécessairement s’adapter et être présente sur ces canaux”, précise la responsable CRM/communication digitale de l’enseigne. Avant d’ajouter : “On l’a constaté lors de nos tests. Ces nouveaux outils de mobilité permettent également de fidéliser nos clients qui n’hésitent pas à questionner régulièrement les points de vente.”

À LIRE AUSSI : Retail : “Le magasin physique ne remplit plus une simple fonction transactionnelle”

Laisser un commentaire

Fermer le menu