Est-ce la fin des soldes dans le textile ?
Temps de lecture estimée : 2 minutes

Alors que les soldes textile vont démarrer le mercredi 30 juin prochain avec une semaine de décalage, Kantar dresse un constat plutôt pessimiste sur ces traditionnelles opérations commerciales d’hiver et d’été.

Au fil des années, les soldes semblent avoir perdu de leur intérêt auprès de nos concitoyens. Si trois quarts des Français ont encore acheté des articles de mode en soldes en 2020 (ils étaient 82 % il y a 5 ans), les promotions captent désormais plus de clients, soit 84 % des Français”, précise Kantar. L’institut pointe aussi du doigt le fait que le budget consacré aux soldes s’effrite de plus en plus. Il aurait baissé de 41 % en cinq ans : 153 euros en 2020 contre 215 euros en 2016. Parallèlement, le budget consacré aux promotions enregistre des progressions constantes : 262 euros en 2020 vs 251 euros en 2016.

A LIRE AUSSI : Le digital profite aux magasins sur le premier trimestre

L’institut explique également que les reports des dates des soldes, l’hiver dernier et cet été, cela pour permettre aux commerces indépendants de ne pas rogner leurs marges, n’a pas eu l’effet escompté. “Pour preuve sur les soldes d’hiver 2020 : en dépit de la prolongation de 4 à 6 semaines, le trafic généré par les soldes sur cette période a été inférieur à la période de référence des soldes d’hiver 2019 (95 millions de transactions, contre 100 millions en 2019)”, révèle Kantar avant de poursuivre : “dans le même temps, les promotions enregistraient un pic de trafic sur les 2 semaines initiales de soldes, soit 23 millions de transactions, capitalisant ainsi 58 % du chiffre d’affaires de la mode sur cette période.” Dans son étude, Kantar note, et c’est plutôt positif, que les soldes demeurent l’apanage des magasins physiques. En effet, 81 % du chiffre d’affaires réalisé pendant la période des soldes est fait dans les magasins contre seulement 66 % pour celui réalisé lors des promotions.

A LIRE AUSSI : Très bon redémarrage du commerce en mai

L’institut remarque que les soldes ont été progressivement grignotées par les promotions pratiquées tout au long de l’année par les enseignes et surtout sur internet à l’occasion de ventes privées et d’événements dédiés. On peut citer ainsi les French Days, le Black Friday ou encore le Prime Day d’Amazon. “Le succès des achats en ligne accéléré par la pandémie diminue l’intérêt des soldes car le e-commerce est fondé sur la promotion et sur les réductions quasi- permanentes”, remarque Hélène Janicaud, experte fashion au sein de la division Worldpanel de Kantar avant d’ajouter : “par ailleurs, la démocratisation du marché de l’occasion avec la prise de conscience environnementale a permis l’essor de plates-formes comme Vinted, offrant la possibilité de se procurer des produits de qualité et d’avoir accès à des marques premium à des prix souvent inférieurs aux réductions proposées pendant les soldes.” Dernière provocation en date : celle d’Amazon qui vient d’annoncer deux jours de promotions exceptionnelles, cela une semaine avant le coup d’envoi des soldes d’été.

A LIRE AUSSI : Les soldes décalées au 30 juin

Laisser un commentaire

Fermer le menu