71% de Français plébiscitent le commerce physique
Temps de lecture estimée : 4 minutes

Si la crise du Covid et les périodes de confinement ont considérablement fait baisser, en deux ans, la fréquentation des points de vente physique en France, ces derniers ont, depuis, repris des couleurs. Car 75% des Français cherchent aujourd’hui à privilégier les achats en magasin plutôt que sur Internet, selon les résultats d’une nouvelle étude de la Fédération des Acteurs du Commerce dans les Territoires (ex-Conseil National des Centres Commerciaux) et Quantaflow, réalisée en partenariat avec OpinionWay.

Quel est le lien des Français avec les commerces physiques, et en particulier avec les centres commerciaux, au sortir de la pandémie ? Quelles sont leurs motivations pour fréquenter ces derniers ? Enfin, quelles sont leurs attentes et les principales évolutions prévues pour le secteur ? C’est à toutes ces questions que répondent aujourd’hui la Fédération des Acteurs du Commerce dans les Territoires (FACT), Quantaflow (développeur de solutions de comptage) et l’institut OpinionWay, grâce à une étude sur le rapport des Français au commerce physique. Elle vient d’être dévoilée à l’occasion du salon du retail et de l’immobilier commercial (SIEC) se déroulant à Paris Expo, Porte de Versailles. L’enquête a été réalisée, en juillet 2022, auprès d’un échantillon de 1 063 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Une appétence pour les centres commerciaux

Force est de constater qu’après la réouverture des magasins, les Français ont unanimement aimé retrouver leurs habitudes d’avant la pandémie, et donc centres commerciaux ; 71% des répondants français ont été satisfaits de pouvoir s’y rendre à nouveau, dont 77% de franciliens et 77% des moins de 35 ans. Les Français, toutes catégories confondues associent les centres commerciaux à des lieux de vie, avec les notions de plaisir (30%) et de mixité sociale (18%). De plus, 48% de sondés y retrouvent occasionnellement leurs amis, ou échangent avec des inconnus dans un cadre considéré comme rassurant (42%). Logiquement, poursuit l’étude, cette fonction sociale des centres commerciaux crée une réelle relation affective avec les Français. 51% des répondants se déclarent ainsi attachés à un ou plusieurs centres commerciaux. Et le chiffre augmente jusqu’à 70% du côté des18-24 ans, devenus de plus en plus exigeants vis à vis des commerçants et du parcours clientL’exemple est d’ailleurs probant avec l’enseigne de prêt-à-porter Don’t Call Me Jennyfer qui en fait l’objet de son discours de marque pour amplifier sa stratégie de drive to store, notamment pour augmenter le flux de ses magasins. A commencer par celui des Halles, hautement fréquenté puisque situé en plein centre de Paris.

Retrouver toutes les typologies de boutiques

A noter que les Français, très versatiles, ont l’habitude de fréquenter tous les types de commerces : les super et les hypermarchés (96 %), suivis par les centres commerciaux (90 %), ainsi que les magasins des centres villes, (87 %), mais aussi les ceux en périphérie (87 %) et les outlets / villages de marque (63 %). Sans comper les commerces de bouche et les marchés (85%). D’ailleurs aujourd’hui, même si l’e-commerce gagne de plus en plus de parts de marché (chiffre d’affaires en progression de 12 % au 1er trimestre 2022, selon la FEVAD), le magasin physique reste le canal d’achat le plus plébiscité par les consommateurs, avec 75 % de répondants cherchant à privilégier les achats en boutique, plutôt que sur Internet. Car le commerce physique offre un cadre rassurant, à la fois en termes de sécurité, paiement et livraison (80 %), mais également par rapport à la traçabilité des produits (71 %). Enfin, contrairement aux idées reçues, les 18-24 ans s’avèrent aussi nombreux que les autres tranches d’âge (74 %) à privilégier le commerce physique. Et la conviction que leurs achats seront plus sécurisés s’élève, chez ces jeunes, à 85 %.

D’autre part, les Français perçoivent les magasins physiques comme des lieux essentiels sur le plan socio-économique, permettant de créer plus d’emplois en région que le commerce en ligne (89 %) et offrant de meilleures conditions de travail aux salariés (77 %). 92 % des répondants estiment également que ces commerces aident à lutter contre l’isolement des personnes âgées. Les plus de 65 ans sont 68% à déclarer échanger avec les commerçants, ou 38% à discuter avec des inconnus. Je suis convaincu que nos sites sont appelés à jouer un rôle croissant dans la sociabilité des seniors, indique Christophe Noël, délégué général de la Fédération des Acteurs du Commerce dans les Territoires (ex CNCC) dans un communiqué. 92% de nos concitoyens estiment que les commerces physiques sont essentiels à la vie en société, ou pour la lutte contre la désertification des territoires, ou encore pour les personnes âgées : c’est dire comme ces commerces sont importants dans la vie d’une immense majorité des Français ! Ils se rendent compte également aujourd’hui de l’importance de nos sites en matière d’emplois, directs et indirects, et plus globalement d’attractivité locale : nous avons un rôle croissant à jouer dans les réflexions autour des projets de développement urbain, à travers tout le territoire. 

À LIRE AUSSI : Beaugrenelle Paris accepte le paiement en cryptomonnaie, une première en France

Les centres commerciaux en mutation

Tant de raisons qui ont aussi poussé les bailleurs de centres commerciaux à diversifier leurs offres afin de redonner de l’attractivité à leurs complexes commerciaux et à augmenter le temps de visite sur place entre pause shopping, pause gourmande et autres moments de loisirs. Les Français aimeraient d’ailleurs y trouver plus que des magasins. 63 % les fréquenteraient plus souvent s’ils y trouvaient plus d’offre pour se restaurer. Mais pour boire un verre (59 %) ou faire la fête (32 %). Ce qui pourrait, par ailleurs, convaincre 25 % de ceux qui ne fréquentent jamais ces lieux, à s’y rendre. D’autres encore apprécieraient davantage la possibilité de profiter d’activités culturelles (62 %), ludiques (54 %) ou sportives (36 %) avec des résultats, là encore très élevés, du côté des Franciliens, soit 71 % de répondants pour les offres culturelles et 48 % pour les offres sportives.

Nos datas confirment que les centres commerciaux qui enregistrent une hausse de leur fréquentation sont clairement ceux qui ont été rénovés. En effet, 100% des sites qui sont en progression ont procédé  à une extension et/ou une importante re-commercialisation. On constate également que ceux qui disposent d’une offre de restauration et de cinéma enregistrent des flux supérieurs à 5 points par rapport aux autres, note ainsi Thierry Heude, directeur général de Quantaflow.

Quant à la mise en place de services, elle pourrait concerner la collecte de commandes (qui séduirait 56% des répondants), les services médicaux (50%) ou les services publics comme Pôle emploi, La Poste ou la Caisse des Allocations Familiales, pour 45% des répondants. Restent les espaces partagés de travail, qui, si plus nombreux dans ces complexes commerciaux, inciteraient 40% des actifs et étudiants à les fréquenter davantage.

À LIRE AUSSI : En juillet, bilan très médiocre pour le commerce spécialisé

Laisser un commentaire

Fermer le menu